Qu'est-ce qu'une Espèces exotiques envahissantes

 Panais sauvage  © Bianca Bédard

Panais sauvage
© Bianca Bédard

Une espèce exotique envahissante (EEE) est introduite généralement par l'homme dans un milieu où elle n'est pas naturellement présente. Elle entre en compétition avec les espèces indigènes et prolifère au détriment de ces dernières en modifiant l'écosystème naturel. L'introduction, volontaire ou accidentelle, d'EEE constitue donc une menace pour la biodiversité.   

Liste des espèces exotiques envahissantes qui menacent la région
 

Dépliant à consulter en ligne

 

Quels sont les impacts possibles

 Remorque couverte de myriophylle à épis au lac Osisko © Sophie Laliberté

Remorque couverte de myriophylle à épis au lac Osisko
© Sophie Laliberté

La présence d'EEE sur le territoire peut entraîner des impacts environnementaux, sociaux et économiques considérables : perte de valeur des habitations riveraines, nuisance à la navigation et à la baignade, perte de la biodiversité et impacts sur la santé humaine, perte de la qualité de pêche sportive générant des impacts économiques liés au tourisme, etc. 

Conseil pratiques pour ne pas introduire d'EEE.

 

NETTOYAGE DU MATÉRIEL NAUTIQUE

 © CRE Laurentides, University of Minnesota Sea Grant College Program et U.S. Fish and Wildlife Service

© CRE Laurentides, University of Minnesota Sea Grant College Program et U.S. Fish and Wildlife Service

 


Vous croyez avoir localiser une espèces exotique envahissante ?

Signalez-le sur Sentinelle !


NE PROPAGEZ PAS LES ESPÈCES EXOTIQUES ENVAHISSANTES !

+ MISE EN CONTEXTE DU PROJET

L’Abitibi-Témiscamingue est une région encore peu affectée par la problématique des espèces exotiques envahissantes (EEE). Par contre, avec les perturbations liées aux changements climatiques, la région est plus encline à accueillir de nouveaux envahisseurs présents au sud du Québec et de l’Ontario. L’implantation de certaines espèces exotiques sur un nouveau territoire a souvent un impact majeur sur celui-ci. Une espèce exotique est généralement introduite dans un milieu sans son cortège d’ennemis naturels. Si les conditions de vie lui sont favorables, il est fort possible qu’elle colonise avec succès son nouvel environnement. Son caractère envahissant pourrait alors devenir préoccupant pour la préservation de la biodiversité puisqu’elle prendra la place de plantes ou d’espèces fauniques indigènes, incluant des espèces dont les poissons se nourrissent.

Malheureusement, quelques espèces hautement envahissantes sont à nos portes ! Si aucune prévention ni sensibilisation ne sont faites, des espèces toxiques comme la berce du Caucase ou dommageables pour la pêche comme le cladocère épineux pourraient faire leur apparition en région. Le cladocère a d’ailleurs été repéré dans plusieurs lacs ontariens, dont certains près de notre frontière.

+ résumé du projet

Ne propagez pas les espèces exotiques envahissantes ! est un projet régional de sensibilisation et d’éducation à la lutte contre les espèces exotiques envahissantes (EEE) dans un but premier de protection de biodiversité.

Le projet est d’abord orienté vers une démarche d’éducation et de sensibilisation. Le comité souhaite que les gens de la région, ainsi que les visiteurs, soient en mesure de connaître et reconnaître les EEE et de comprendre la problématique issue de l’implantation des EEE en région. De plus, puisque de nouvelles menaces aquatiques sont à nos portes, le comité souhaite influencer le comportement des usagers des plans d’eau, les plus menacés par les EEE, par la tenue d’ateliers, l’installation d’une centaine de panneaux d’affichage aux rampes de mise à l’eau et le déploiement de deux nouvelles stations de lavage mobiles dans la région. Le lavage des embarcations a été désigné comme action clé dans la lutte à la prolifération des EEE. À ces actions s’ajoutent la création et la diffusion de capsules vidéo et d’outils de sensibilisation et d'éducation divers, offerts en français ainsi qu’en anglais pour s’ajuster à la clientèle touristique anglophone.

+ PRINCIPAUX OBJECTIFs

  • Augmenter le nombre de personnes en Abitibi-Témiscamingue qui reconnaissent et comprennent l’importance de préserver la biodiversité régionale en limitant l’introduction de plantes exotiques à caractère envahissant;
  • Augmenter le nombre de personnes en Abitibi-Témiscamingue qui connaissent et reconnaissent les principales plantes à caractère envahissant;
  • Modifier le comportement des personnes qui contribuent à l’introduction de plantes à caractère envahissant en Abitibi-Témiscamingue.

+ ACTIONS ET RÉSULTATS

  • Distribution de dépliants pour sensibiliser la population
  • Dépliant sur les EEE présentes en région qui représentent une problématique (versions française et anglaise);
  • Publication dans le guide touristique officiel de la région (Éditions 2017 et 2018);
  • Production et installation (à compléter au printemps 2018) de 115 panneaux de sensibilisation sur le nettoyage des embarcations dans les cinq MRC de la région ;
  • Sept formations sur les EEE offertes aux citoyens par l’OBVAJ (Saint-Mathieu-d’Harricana, Preissac, Berry, Val-d’Or, Senneterre, Amos et La Sarre);
  • Deux formations destinées aux professionnels, employés municipaux, associations de riverains et autres personnes intéressées, sur les méthodes de contrôle du myriophylle à épis et de la renouée du Japon ont été offertes à Rouyn-Noranda;
  • De l’information sur les EEE a été publiée dans les bulletins et journaux locaux de nombreuses municipalités en région;
  • Trois capsules vidéo ont été tournées à l’été 2017 et seront diffusées dès le printemps 2018;
  • Page web détaillant les EEE présentes en région, la localisation des stations de lavage existantes, les précautions à prendre, etc.
  • Coordination d'un [comité régional de lutte contre les espèces exotiques envahissantes en Abitibi-Témiscamingue][0]

Ce projet a été financé par :

Logo couleur.JPG