Contexte

Avec 7 mines en exploitation (voir la carte) et plusieurs projets majeurs en voie de développement, l’Abitibi-Témiscamingue est la principale région minière du Québec et également reconnue au niveau international. Elle possède de nombreux gisements de métaux précieux et usuels tels que l’or, le cuivre, l’argent, le nickel, le zinc etc. En 2013, 22 % du territoire régional était couvert par des titres miniers d'exploration, communément appelés des « claims » (Radio Canada).

Riche d’une importante histoire minière, avec plus de 170 mines étant ou ayant été exploitées (dont plus de 130 mines dans le corridor entre Rouyn-Noranda et Val‑d’Or), et de l’actuelle effervescence de ce secteur, la région présente des particularités de cohabitation avec cette industrie comme nulle part ailleurs au Québec. La proximité des activités minières et du milieu de vie des citoyens est une réalité avec laquelle la région doit composer. Par exemple, les citoyens soulèvent plusieurs inquiétudes quant aux impacts sociaux et environnementaux reliés aux activités minières, particulièrement par rapport au milieu de vie des collectivités une fois les exploitations terminées.

La hausse du prix des métaux ces dernières années, en particulier celui de l’or, a stimulé l’activité minière sur le territoire, en plus de permettre le démarrage d’importants projets d’exploitations de fosses à ciel ouvert. La population est peu familière avec ce type d’exploitation d’envergure.

Finalement, la région compte toujours de nombreux sites miniers abandonnés, dont certains génèrent des problématiques environnementales significatives (drainage minier acide). Dans le Plan de travail - Restauration des sites miniers abandonnés de novembre 2016, 64 sites restaurés faisaient l’objet de suivi et d’entretien, 13 sites étaient en cours de restauration, 13 sites étaient à restaurer et 17 sites à sécuriser pour la région.

 

Actions du creat

Le CREAT place le dossier sur les mines parmi ses priorités. Compte tenu de son expertise dans le domaine, il anime le comité Mines du Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement (RNCREQ).

Au cours des dernières années, le CREAT a été particulièrement actif dans divers dossiers ayant trait au développement minier. Soulignons la campagne de sensibilisation pour la restauration du parc à résidus miniers abandonnés d’Aldermac de 2005 à 2007, la participation à une table ronde lors du Symposium 2008 sur l’environnement et les mines et l’organisation d’une activité de réflexion sur les mines à ciel ouvert en mars 2009. Il a participé aux deux Forums sur le développement minier en Abitibi-Témiscamingue (printemps 2010 et 2011) et au bar des sciences Radio-Canada/Québec-Science qui portait sur l’exploitation minière. En avril et en septembre 2010, le CREAT a joué un rôle de premier plan dans la rédaction de deux mémoires portant sur les modifications du projet de loi 79 sur les mines; le premier ayant été présenté en commission parlementaire le 24 août. Il a également déposé plusieurs mémoires dans le cadre d’audiences publiques du BAPE, de la Stratégie minérale du Québec en 2007 et des projets de loi modifiant la Loi sur les mines.

Mentionnons que le CREAT a assuré jusqu’en avril 2011 la présence des groupes environnementaux au sein de la Table régionale sur les ressources minérales de la Commission régionale sur les ressources naturelles et le territoire (CRRNT) de l'Abitibi-Témiscamingue.

Voici une liste non exhaustive des principales préoccupations soulevées par le CREAT lors de dépôt de mémoires ou lors de sa participation aux comités de suivi de projets miniers:

  • la réduction des nuisances (bruit, vibration, poussières);
  • la protection et la compensation de milieux humides, aquatiques et naturels;
  • les impacts sur la biodiversité;
  • la gestion et la consommation de l’eau;
  • les aquifères granulaires (eskers et moraines);
  • la transparence et la diffusion d’informations aux citoyens;
  • l’acceptabilité sociale des projets miniers;
  • les sites miniers non restaurés orphelins;
  • le remblaiement des fosses et la restauration des sites miniers.

 

Comités de suivi

Le CREAT est souvent sollicité pour siéger au poste réservé au secteur environnemental des comités de suivi de projets miniers. Il siège actuellement en tant que représentant au comité d’échanges et de suivi de Canadian Malartic, comité de suivi du projet North American Lithium et au comité de suivi du projet Wasamac, et en tant que substitut au comité de suivi projet minier Lamaque.

 

Projet du creat 

 

publications du creat

Mémoires 

Communiqués

Articles