CONTEXTE

La région est caractérisée par ses nombreux lacs et ses plaines argileuses, où l'on retrouve des sols riches et fertiles. La zone agricole couvre 10 % du territoire régional et seulement 3,4 % de cette superficie est actuellement consacrée à l’agriculture.  Plus de 85 % des entreprises agricoles se concentre dans les MRC de Témiscamingue, d'Abitibi-Ouest et d'Abitibi.

Les activités agricoles concernent essentiellement la production bovine (de boucherie et laitière) et les grandes cultures.  On dénombre également des entreprises de production caprine, ovine, porcine et avicole, ainsi que des cultures maraîchères, fruitières et fourragères.

Des 192 516 hectares appartenant aux 614 entreprises agricoles (MAPAQ, 2012), 42 % de cette superficie était occupée par les boisés, terres en friche et superficies non cultivées, 44 % par les fourrages, les pâturages et les prairies et 13 % de cette superficie était ensemencée en grandes cultures.

De plus, les marchés publics présents dans chaque MRC de la région, ainsi que la Foire gourmande de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-Est ontarien, permettent de mettre en valeur les produits locaux comme les légumes, les fruits, les fromages, le miel et le sirop d'érable. Des secteurs d'autocueillette permettent également à la population de découvrir les saveurs locales.

Les activités agricoles peuvent occasionner des impacts à l'environnement, notamment au niveau de la qualité de l'eau. La conservation et la restauration de bandes riveraines adéquates font partie des mesures à privilégier.

Source : MAPAQ

 

 

ACTIONS DU CREAT

En 2015, le CREAT avait déposé un rapport de commentaires concernant ce projet de Fermes boréales au Témiscamingue, qu'il avait présenté la 9 juillet lors de l'audience publique à Fugèreville, et par la suite, lors d'une rencontre du comité d'harmonisation de Lorrainville. Les recommandations s'adressaient notamment au promoteur du projet (La Coop fédérée - Olymel), aux ministères (MDDELCC, MAMOT, MAPAQ) et aux municipalités. Le CREAT souhaite que le projet se réalise dans le respect des principes de développement durable, incluant le respect de la capacité de support des écosystèmes, la protection de l’environnement, la santé et la qualité de vie et la participation et l’engagement des citoyens et des groupes qui les représentent, c'est pourquoi siège au comité de suivi des Fermes boréales depuis 2016.

 

PUBLICATIONS DU CREAT

MÉMOIRES 

COMMUNIQUÉS

ARTICLES

 

POUR EN SAVOIR PLUS